Un Noël différent

Noël différent

Un Noël différent

En 2020, chacun d’entre nous a connu un Noël différent. La pandémie qui touchait le monde entier depuis plusieurs mois, était au cœur de nos préoccupations.

Un an plus tard, la situation est toujours aussi compliquée, en pleine 5ème vague de la pandémie de Covid-19. Beaucoup de familles ne pourront pas fêter Noël ensemble. Elles seront séparées et pour beaucoup c’est une épreuve très difficile.

J’aime me rappeler que si l’on regarde autour de soi, il y a toujours des situations plus difficiles que celles que nous vivons. Je le pense sincèrement. Et je suis en droit de le dire, moi une maman qui a perdu son enfant à la veille de ses 5 ans. Une enfant qui avait pourtant toute la vie devant elle.

Des fêtes de Noël différentes, nous en avons vécues, comme bien d’autres parents qui se battent auprès de leur enfant atteint de cancer.


Souvent, à Noël nous nous focalisons sur le repas, sur un bon vin à boire, sur les cadeaux à offrir et sur la décoration. Nous oublions souvent l’essentiel : Croyants ou pas, pratiquants ou pas, Noël est un moment de partage avec ceux qui nous sont chers et qu’importe le menu ou le cadeau finalement.

La pandémie nous rappelle cette notion de partage.

Aussi difficile que ce soit, rappelons-nous que le seul but de cette séparation est de se protéger les uns les autres. Car oui, nous avons la chance de pouvoir nous protéger les uns des autres. C’est quelque chose que je n’ai plus la possibilité de faire pour ma fille. Alors faisons-le, protégeons-nous les uns les autres car c’est pour mieux nous retrouver, lorsque les temps seront meilleurs.

Dans le monde du cancer de l’enfant, nous apprenons à vivre au jour le jour et à improviser. Je garde en mémoire ce Noël, en plein milieu du mois d’octobre, réalisé pour Maylis et sa famille, pour qu’ils puissent encore le fêter en famille avant son décès.

La pandémie perturbe nos habitudes et nos traditions, mais elle nous enseigne également beaucoup. La solidarité est habituellement toujours très présente en ces périodes de fêtes car nous nous rappelons toutes ces personnes qui ne sont pas aussi chanceuse que nous.

Je pense à…

  • Je pense à ces familles qui viennent de découvrir le monde du cancer avec leur enfant, à quelques jours de Noël. Elles sont dans le doute, la peur et l’incertitude
  • Je pense à ceux qui le connaissent déjà si bien, ce monde, et qui sont encore dans la bataille. Une année de plus à se demander, jusqu’au dernier moment, si Noël se fera à la maison ou à l’hôpital. Avec la pandémie, hors de question d’amener du monde à l’hôpital bien entendu. Un seul parent est autorisé auprès de l’enfant malade, ce qui rend la situation encore plus difficile.
  • Je pense à ces familles pour qui Noël sera le dernier avec leur enfant.
  • Je pense au dernier Noël avec notre fille Zoé et à ces Noëls sans elle. Nous aurons connu plus de Noëls sans elle qu’avec elle.
  • Je pense à son absence, toujours si forte et à notre fille Lana qui grandit sans sa petite sœur.
  • Je ressens cette peine dans mon cœur qui se serre. Cette peine, que je souhaiterais tant qu’aucun parent ne ressente. Il faut le reconnaitre, quand on a perdu son enfant, Noël n’est plus jamais pareil.

Mais peut-être sommes-nous les personnes les mieux placées pour comprendre l’importance du moment présent, du partage et de la solidarité.

Le plus beau des présents c’est la vie.

Qu’importe les cadeaux, encore moins leurs valeurs. Le plus beau des présents c’est la vie. Cette vie pour laquelle, chaque année 350 enfants de moins de 18 ans touchés par un cancer en Suisse, se battent.

Cet espoir de guérir tous les enfants et de leur permettre de grandir est le centre, le moteur de Zoé4life. Cela nous motive chaque jour dans notre travail et nous comptons sur vous pour nous aider dans notre mission. Merci pour votre don en cette période de fêtes, pour tous ces enfants et leurs familles.

Depuis plus de 8 ans nous avons remis plus de 2’000’000 de francs à la recherche, parce que c’est la plus belle chose que nous puissions faire pour aider les enfants atteints de cancer : leur offrir l’espoir de la guérison.

Nous passerons des fêtes de fin d’année différentes, mais lorsque nos proches et nous-mêmes sommes en bonne santé, nous mesurons sans doute tous la chance qui nous est donnée.

Prenez soins de vous et de ceux qui vous sont chers.


Natalie Guignard-Nardin – décembre 2021

This site is registered on wpml.org as a development site.