Bienvenue dans mon monde

Actuellement tu découvres ce qu’est de vivre dans le monde dans lequel je vis avec ma famille, ce monde qui est devenu mon monde et que tu ne connaissais pas, par chance.

En ce moment, tu vis la peur au ventre:
Peur d’attraper un virus.
Peur d’être malade.
Peur d’avoir des complications qui nécessiteront une hospitalisation.
Peur de mourir.

En ce moment, tu apprends à vivre au jour le jour:
Ne pas savoir si demain tu auras le droit de sortir de chez toi.
Pourras-tu encore te rendre à ton travail ?
Faire tes courses normalement ?
Aurons-nous de nouvelles mesures restrictives ou pas ?
Seras-tu malade, ou un proche ?
Comment ça va se passer ?

En ce moment, tu t’isoles:
Tu limites les rencontres et les contacts.
Tu gardes tes distances, pour te protéger et protéger les autres.

En ce moment, tu découvres:
Ce que c’est du désinfectant.
Ce que c’est de porter un masque pendant des heures.
Comment te laver les mains et l’importance de ce geste.
Le regard que les gens te portent quand tu mets un masque.

En ce moment, tu comprends ce que je vis depuis des mois, des années:
Je vis la peur au ventre que les traitements ne fonctionnent pas.
Peur que la maladie gagne.
Je n’ose pas sortir car les virus guettent.
Les contacts sont limités aux très proches pour nous protéger.
Les bouteilles de désinfectant sont dans chaque sac et chaque salle de bain.
Les masques sont un allié de taille pour nous protéger.

En ce moment, avec cette pandémie mondiale juste catastrophique, mes craintes sont encore plus grandes qu’habituellement car:
Un virus de plus se promène et il est extrêmement dangereux pour mon enfant.
J’ai peur qu’il y ait une pénurie de médicaments pour mon enfant et tous les autres, car le monde a les yeux rivés sur la recherche d’un remède contre le coronavirus.
Je dois isoler mon enfant encore plus pour le protéger.
Je dois trouver un moyen d’obtenir du désinfectant et des masques malgré la pénurie.

Mais pour moi ce n’est plus hypothétique, c’est une certitude:
Mon enfant est malade, il se bat pour vivre, pour ne pas mourir du cancer contre lequel il se bat.

Oui j’ai peur car la mort, qui guette chaque jour, joue avec l’espoir et je dois faire avec.
Alors si je ne souhaite à personne de vivre ce que je vis, je te dis malgré tout
: Bienvenue dans mon monde.

Chaque 3 minutes, à travers le monde, un enfant meurt à cause d’un cancer, en silence, faute de traitements. S’il-vous-plait, ne les oubliez pas et continuez à soutenir Zoé4life et notre combat pour les enfants atteints de cancer.

Natalie Guignard-Nardin
Maman de Zoé
décédée d’un cancer après 5 ans de combat.