Sport + fun = PASTEC !

Samuel, bientôt 17 ans, a eu un cancer lorsqu’il avait trois ans et demi. Il explique ici pourquoi le programme PASTEC, (Promotion de l’Activité Sportive Thérapeutique pour l’Enfant Atteint de Cancer) lui est si important. 

Il y a un peu plus de deux ans maintenant, l’infirmière qui me connaît depuis treize ans m’a proposé de faire partie de l’étude PASTEC. J’étais un peu surpris, mais content, parce que j’avais entendu parler de cette étude mais ne pensais pas pouvoir y participer parce que je suis en rémission depuis longtemps. Ce programme m’apporte énormément et j’adore me rendre toutes les deux semaines à Dorigny pour découvrir des sports différents et essayer, même si certains sports sont un peu compliqués pour moi. Les coachs sont supers et m’aident à me surpasser et à arriver à faire des exercices que je n’arriverais pas à faire autrement. J’ai gagné en assurance et je vois que finalement j’arrive à faire plus que ce que je pensais. Mon équilibre est bien meilleur, la preuve, j’arrive à faire du stand up paddle, sport que je ne pensais pas pouvoir faire un jour! Même mon prof de sport a vu la différence! Une belle expérience que je me réjouis de prolonger l’année prochaine.

En 2014 Zoé4life a versé 104’203 francs afin de financer l’étude PASTEC et lancer le programme. Depuis, l’association continue de soutenir les familles des enfants qui participent à PASTEC .

Nous sommes fiers d’annoncer que le programme est relancé pour l’année scolaire 2018/2019.

PASTEC est né d’une collaboration entre  CHUV / Centre hospitalier universitaire vaudoiset le Centre Sports et Santé des Sports Universitaires Lausanne 
Zoé4life avait financé l’étude en 2014 pour CHF 104’203.– et aujourd’hui est le partenaire principal du projet en finançant l’entier des frais opérationnels. Zoé4life apporte également un soutien financier aux familles qui y participent.

Pour plus d’information sur ce programme dont le but est d’offrir aux enfants et familles intéressées la possibilité d’une activité physique hors de l’hôpital, dans un centre spécialisé et sous la supervision de maîtres de sport, cliquez ici.

%d blogueurs aiment cette page :