Elles l’ont fait ! Sierre-Zinal, une course phénoménale.

Dimanche dernier, trois femmes « ordinaires » ont accompli quelque chose d’extraordinaire.

La Course Sierre-Zinal a souvent été considérée comme l’une des plus belles courses de montagne du monde, mais aussi l’une des plus difficiles. On a écrit qu’elle est à la course de montagne ce que le marathon de New York est au marathon. Elle est aussi la doyenne des grandes épreuves de montagne d’Europe.

 

Sierre-Zinal, au cœur des Alpes valaisannes, présente un parcours très engageant: 31 km, 2200 mètres de montée, 800 de descente.

Sarah, Katja, et Patricia, nos trois « Raideuses », s’entrainent déjà plusieurs heures par semaine depuis des mois pour le Raid l’Arbre Vert qui se déroulera au Cambodge en novembre. Elles le font pour une grande levée de fonds pour la recherche sur le cancer de l’enfant, qui soutiendra un nouveau projet de recherche qui se déroulera ici en Suisse pour les enfants de notre région.

Des heures de courses à pieds et d’orientation, de VTT, des leçons de canoë et de tir-à-l’arc, voilà comment elles passent tout leur temps libre, tout en jonglant entre vie de famille et leur travail. Et voilà qu’elles s’inscrivent à la course Sierre-Zinal: un défi incroyable.

Nos trois aventurières se sont inscrites sous le nom Zoé4life: ce sera l’occasion de s’entrainer pour le Raid dans une compétition très difficile, de travailler en équipe, de surmonter des défis et de participer à une course légendaire. En même temps, elles doivent faire attention: pas de blessures avant le Raid !

Une semaine avant la course… le stress commence à se sentir. Je lis aussi des infos sur ce défi légendaire et j’en parle à Natalie: il faut qu’on aille les voir ! C’est trop cool, ce qu’elles vont faire !

La décision est faite rapidement, nous réalisons que nous désirons vraiment être là pour les voir partir de Sierre à 5h du matin.

Pour les raideuses, ce matin là c’est le réveil à 2h pour arriver à l’heure. Natalie et moi étions à Sion le soir d’avant pour une journée de travail. On se lève à 3h30 et quand on descend au lobby de l’hotel il y a des gens qui sont là, assis ensemble et qui rigolent… Non, pas d’autres fous comme nous qui venons de se lever, mais des personnes qui ne sont pas encore au lit! On rit parce qu’on se rend compte qu’on est pas comme les autres…

 

Arrivées à Sierre à 4h du matin, c’est la nuit noire.On se rends au point de départ et c’est une scène impressionnante: environs 3’000 personnes réunies, au pied de la montagne, dans l’obscurité sauf pour quelques lumières et des lampes frontales.

 

Nos trois héroïnes sont prêtes!

On se positionne un peu plus loin après le départ pour pouvoir les voir quand elles vont passer.

Le départ est donné! Les coureurs partent, et défilent devant nous. Il y en a tellement qu’on s’inquiète d’avoir perdu de vue nos raideuses, mais non, les voilà qui passent devant nous rapidement. On crie nos encouragements et puis elles sont loin, dans l’obscurité de la montagne.

Nous partons rapidement vers la voiture, et à un moment on se retourne pour regarder le profil noir de la montagne qui se dresse comme un monstre contre le ciel sombre. « Regarde ! » dit Natalie. « On les voit, les coureurs! » Dans la montagne, on voit des petits points qui brillent en file, quelques uns plus hauts, qui avancent. C’est les lampes frontales, de notre point de vue on dirait des étoiles qui brillent dans le noir. C’est magique comme image.

Départ à la course pour l’hotel, on avale un petit déjeuner et on part. Car, même si nous, on escalade cette montagne dans le confort de la voiture, c’est quand même 45 minutes de routes vertigineuses pour arriver à Chandolin, un poste de ravitaillement à la mi-course environs.

On doit garer la voiture à une distance du parcours et on court en montant la pente, car on ne veut pas risquer qu’elles soient déjà passées. On rigole quand même un peu parce que c’est épuisant notre petite course de 5 minutes ! Mais rien comme ce qu’elles sont en train de faire.

Une petite période d’attente, parmi les autres spectateurs. Les coureurs qui passent… Certains ont déjà l’air épuisés, d’autres parfaitement en forme. Des gens font sonner des cloches de vaches et tout le monde crie leur encouragement. C’est beau !

Nous regardons l’heure: ça fait 3 heures qu’elles courent… Autour de nous les gens discutent, et nous apprenons qu’il y a des participants qui ont du abandonner. La première partie de la course est une montée raide et constante, de plus, il faisait nuit noir ce matin et il pleuvait un peu. On guette les gens qui passent, on regarde nos natels, qui devraient nous envoyer un sms quand elles ont franchies l’étape Chandolin…

Et les voilà qui arrivent! Elles ont l’air en super forme ! Souriantes, elles nous laissent les arrêter un petit moment pour les prendre en photo avant de repartir en courant. On les encourage, je leur demande comment ça va et elles répondent, unanimes mais avec le sourire: « C’est vraiment dur !! »

Et puis elles sont reparties.

Retour à la course pour la voiture pour se rendre à Zinal, ce qui devrait prendre 30 minutes mais nous prend un peu plus long à cause de la circulation. La ville de Zinal est prête à accueillir les coureurs et spectateurs – et en plus il fait soleil !

Nous avons le temps de prendre un café et nous trouvons un bon endroit à l’arrivée pour accueillir les raideuses – les autres membres de leurs familles nous rejoignent.

Nous attendons. Nous voyons les coureurs arriver, passer devant nous. Certains ont toujours l’air assez en forme, mais la grande majorité nous semblent très fatigués. Certains sont à bout de souffle, le visage en grimace, se poussant d’avancer encore juste un peu pour franchir la ligne d’arrivée. Quelques uns sont blessés, boitent ou se tiennent la main sur le coté du ventre, forçant leur pieds à avancer, à faire les derniers pas. J’entends une femme dire: « C’est la dernière partie de la course qui est la plus difficile: la descente! C’est l’horreur pour les jambes! »

Il est 11h30, cela fait maintenant 6 heures et demi qu’elles courent.

L’annonceur annonce leurs noms, elles arrivent!

Bravo à nos trois raideuses, vous êtes des championnes! Nous sommes fiers que vous courriez sous le nom de Zoé4life pour tous ces héros.

Faire un don pour soutenir l’équipe Zoé4life au Raid l’Arbre Vert et ainsi soutenir la recherche sur le cancer de l’enfant:

Numéro IBAN: CH85 0076 7000 A533 1837 3

CCP 10-725-4

SVP bien mettre la mention “raid” dans les commentaires. Merci !

2 commentaires sur “Elles l’ont fait ! Sierre-Zinal, une course phénoménale.

  1. Bravo les filles, continuez à faire des “bêtises “, pourquoi pas faire le le 30ième Triathlon d’Aubonne le 6 septembre,c’est plus cool! Amicalement les 2P. de l’Alérion

  2. Eh bien, “chapeau” les filles, aussi bien les raideuses que l’équipe de soutien Il est vrai que c’est de la folie, cette course Belle semaine Bibiane