Demain, on y va !

Samedi matin, on y va. La Barjot Run. Un défi fou. On va tomber dans la boue, dans l’eau, escalader des murs, courir, sauter, et je ne sais pas quoi encore.

Pourquoi ?

Parce qu’on a eu cette idée folle, de voir si on peut faire la différence, nous 6 qui ne sommes pas du tout des coureurs (sauf Francois !).

Il y a presqu’un an, nous avons eu notre première réunion de Zoé4life, chez les Guignard.

Jean-Charles, François, Raphael, Severine, Natalie et moi-même, assis autour de la table, à créer des statuts corrects, une liste de rôles et de tâches, un plan pour les prochains quelques mois. Les enfants jouaient dans le salon, Lana, Elliot, et Zoé.  On a parlé longtemps, longtemps. En fait, chez Zoé4life, on n’arrive jamais à faire toute la liste des choses sur l’agenda lors d’une réunion. Raphael me dis toujours qu’il faut que je mette moins de choses sur la liste. Et j’en mets moins, mais on parle plus.

Natalie et Zoé au repas de soutien en septembre 2013

Ce jour-là, Zoé4life est née. On avait tant d’espoir pour Zoé, on était tous certains que si on y travaillait assez fort, si on pouvait trouver le bon traitement, les fonds nécessaires, tout était possible.

Jean-Charles et Zoé au repas de soutien

Le traitement qui aurait pu, aurait dû sauver Zoé existe dans un futur proche. Il y a des chercheurs qui y travaillent. Le neuroblastome est un cancer pour lequel les idées et les recherches sont nombreuses.

Mais la recherche avance à une certaine vitesse. Et le cancer aussi. C’est une course, pour voir qui va gagner.  Dans le cas de Zoé, le cancer a avancé plus rapidement que la recherche. C’est là la simple explication. Il n’y avait plus de temps pour trouver encore un autre traitement, encore une autre possibilité.

Severine et Emilie

Donc pourquoi se lancer dans ce défi fou, la Barjot Run ? Parce que si on parle du cancer de l’enfant, sans sombrer dans l’impuissance, peut-être qu’on arrive, grâce  à nos ressources collectives, à faire accélérer la vitesse de la recherche un petit peu.  Nous voulons montrer qu’un don de juste 10 francs peut faire une différence. Que les petits ruisseaux font les fleuves.

Parce qu’un enfant décède à chaque semaine en Suisse. On peut bien tomber dans la boue un peu.

François au repas de soutien

Parce ce qu’entre 250 et 300 enfants sont diagnostiqués avec un cancer chaque année en Suisse, on peut bien courir et être essoufflé et ridicule dans nos costumes.

Cela veut dire :

Depuis la publication de notre premier article sur notre équipe pour la Barjot Run il y a une semaine, 5 enfants de plus ont étés diagnostiqués avec un cancer.

Raphaël au repas de soutien

Depuis la publication de cet article il y a une semaine, un enfant est parti.

Il faut faire accélérer la recherche. Les enfants ne peuvent plus attendre.

Demain, on y va. On va courir, sauter, grimper, nager, rire et s’amuser. On y va pour Zoé, parce qu’elle va rigoler de là-haut en nous voyant, et pour les autres enfants, ceux au CHUV aujourd’hui, ceux qui arriveront demain.

Et moi !

 

2 commentaires sur “Demain, on y va !

  1. Bon courage!!!! On va continuer à soutenir zoe4life! Et à penser très fort à vous tous!!!!

  2. Very best of luck with the run. Very best of luck with all of this, and finding those answers and treatments.